Vous êtes ici : AccueilPrésentationActualitésA l'hôpital de Riom, les enfants vont pouvoir se rendre au bloc en voiture électrique

A l'hôpital de Riom, les enfants vont pouvoir se rendre au bloc en voiture électrique

Après avoir fait peau neuve en février 2018, le service ambulatoire de l’hôpital de Riom vient de faire l’acquisition d’une voiture électrique à destination des jeunes patients qui pourront se rendre au bloc opératoire au volant de leur bolide.

Depuis quelques jours, un véhicule peu traditionnel circule dans les couloirs du pôle ambulatoire du centre hospitalier Guy-Thomas.

Stationnée à l’entrée du cabinet dentaire, la BMW électrique flambant neuve fait l’admiration des petits patients, qui rêvent tous de repartir avec ! Si l’option d’achat n’est pas prévue, le prêt pour se rendre au bloc est lui, tout à fait négociable.

Des boules de poil à cajoler pour aller mieux au service de pédiatrie de l'hôpital de Moulins

Et la première condition paraît assez simple à remplir : « il faut faire moins de 30 kg. Pour le reste, nous sommes en train de définir un tout petit peu plus précisément le profil des conducteurs », glisse Marion Grasset, cadre de santé, à l’origine du projet.

Une touche ludique

L’objectif affiché étant de dédramatiser le passage à l’hôpital. « En ambulatoire, on arrive debout, et on repart debout. Alors pourquoi ne pas se rendre au bloc en voiture électrique ? », sourit Emmanuelle Randier, chirurgien orthopédique et coordinatrice médicale du bloc opératoire et de la chirurgie ambulatoire.

Une touche ludique qui dans les faits n’a rien d’anodine. Comme le détaille, Estelle Dailly, cadre en chirurgie ambulatoire.

« C’est toujours compliqué d’emmener les enfants au bloc. La séparation est souvent génératrice de stress pour les plus jeunes. » Dans ce contexte, l’idée de pouvoir y aller en s’amusant prend tout son sens.

voiturette-hopital-de-riom 4475987

Une balade électrique qui vise également à divertir les familles. « Les parents sont souvent hyper angoissés, et communiquent leur stress à leurs enfants malgré eux. Voir son petit partir se faire opérer en jouant devrait changer quelque peu la donne », surenchérit Marion Grasset.

Si l’idée n’est pas révolutionnaire, puisque des voitures électriques circulent déjà dans les couloirs du centre hospitalier Estaing et du pôle République à Clermont-Ferrand, son arrivée à Riom est accueillie avec le sourire.
Marc Hector, le directeur de la structure hospitalière riomoise a plébiscité le projet.

« Lorsque l’on m’a soumis cette idée, portée par l’association Sourire (*), je n’ai pas hésité une seule seconde. C’est incontestablement un plus. Cela fait complètement partie des missions d’humanisation de l’hôpital. »

Dernière modification le jeudi, 12 décembre 2019 11:39